Outils
Alternance

Partage :

Comment financer tes études supérieures en France ou à l’étranger ?

Viser une bourse sur critères sociaux

Les bourses sur critères sociaux (BCS) sont accordées si tu as moins de 28 ans et selon les revenus de tes parents, le nombre d’enfants à charge au sein du foyer, la distance entre ta formation et ton domicile, le diplôme choisi et ta nationalité. En fonction de tous ces critères tu peux, soit simplement être exonéré(e) de droits d’inscription et de contribution vie étudiante et de campus (CVEC), soit percevoir une bourse comprise entre 1 032 et 5 679 € par an. Le tout te sera versé sur 10 ou 12 mois. Pour savoir, si tu es éligible à une BCS, n’hésite pas à faire une simulation en ligne sur le site du Crous. Note bien qu’une BCS peut t’être accordée pour suivre tes études en France mais également en Europe. Enfin, en tant que boursier, tu es prioritaire dans l’accès au logement étudiant.

Solliciter une allocation spécifique annuelle

Si tu n’es pas éligible à une BCS et que tu ne peux plus bénéficier du soutien matériel de tes parents (rupture familiale par exemple), reprise d’études tardive… que tu dois donc t’assumer quasiment seul, tu peux alors remplir un dossier de demande d’allocation spécifique. Comme pour une BCS, tu peux toucher entre 1 032 et 5 679 € par an lissés sur 10 mois.

Bénéficier d’une aide au mérite

Si tu obtiens une BCS ou une allocation spécifique et une mention très bien au bac, tu peux également percevoir l’aide au mérite. Soit 900 à 1 800 € supplémentaires, versés en 9 fois. De quoi t’aider à financer tes études.

Demander une aide pour suivre un master hors académie

Après ta licence, tu peux avoir envie de poursuivre tes études dans un master en dehors de ton académie de référence. Si tu es boursier(e), tu peux faire une demande d’aide à la mobilité. Dans ce cas, 1 000 € pourront être versés afin de t’aider à t’installer.

S’inscrire dans un parcours en alternance

Étudier en alternance va non seulement te permettre de te forger une solide expérience professionnelle mais également d’être rémunéré(e) durant tes études supérieures. Selon ton âge et ton nombre d’années d’études, tu percevras un salaire compris entre 815 € et plus de 1 500 € par mois. De quoi te mettre le pied à l’étrier pour prendre toute ou partie de ton indépendance.

Prendre un petit job étudiant

Évidemment, tu connais les petits boulots étudiants classiques (équipier dans un fast food, manutentionnaire dans la grande distribution, baby sitter, aide aux devoirs)… mais sais-tu que tu peux aussi devenir mentor, tuteur, marraine (peu importe le nom d’ailleurs)… d’autres étudiants comme toi. Booster à cause de l’isolement grandissant des étudiants pendant la crise sanitaire, ce type de job étudiant est rémunéré 400 euros par mois par les CROUS. Un bon moyen de gagner de l’argent en étant utile. Déjà un job à impact !

Contracter un prêt étudiant

Et plus précisément un prêt étudiant garanti par l’État. Pour cela, tu dois te rapprocher d’une banque (Société Générale, Crédit Mutuel, CIC, Banques Populaires et Caisses d'Épargne...), qui sans condition de ressources, ni caution personnelle, peut t’octroyer un crédit de 15 000 € maximum. Tu pourras rembourser cette somme de manière différée. Autrement dit, une fois que tu auras commencé à travailler. Cependant, fais attention à ne pas trop t’endetter, car certes tu seras diplômé(e) mais rien ne garantit que tu trouveras un boulot tout de suite après ta sortie de l’école. Et en poste ou pas, il te faudra quand même rembourser cet emprunt.

Décrocher une bourse Erasmus+

Si tu souhaites partir étudier dans le cadre d’un échange Erasmus +, tu peux demander une bourse de l’Union Européenne. Son montant varie entre 170 et 370 € par mois en fonction de ton pays de destination, et te permettra de subvenir en partie à tes besoins sur place. Avec cela, tu peux également cumuler une aide à la mobilité internationale de 400 € par mois. Ce complément est, entre autres, versé si tu es boursier(e) BCS et que ton séjour étudiant à l’étranger dure entre 2 et 9 mois consécutifs.

Repérer les bourses locales pour partir étudier dans le monde entier

Tu ne soupçonnes même pas le nombre d’institutions et d’organismes susceptibles de participer au financement de ton projet d’étude à l’étranger. Impossible ici, d’être exhaustif mais pour faire court, disons que tu dois contacter ta mairie, ton Conseil Départemental, mais aussi le Conseil régional dont tu dépends. De nombreuses fondations, (Rotary Club… ), organismes et programmes d’échanges (British Council, DAAD, etc.)… mettent en place leur propre système de bourses. Alors n’hésite pas à frapper à un maximum de portes. Certes, les démarches administratives seront nombreuses, mais le jeu en vaut largement la chandelle.

Besoin d'autres conseils ?

Créer ton réseau professionnel

Tu démarres une nouvelle activité professionnelle, il est désormais important de créer ton propre réseau, qui te permettra de développer ton activité, de trouver de nouveaux clients, d’évoluer professionnellement.

Choisir des études courtes ou longues ?

Avant même d’avoir ton bac en poche, tu vas devoir choisir – via Parcoursup ou en direct avec les établissements de l’enseignement supérieur – une filière pour les années à venir. Quelques questions à te poser avant de te lancer dans des études plus ou moins longues.

5 tips pour rédiger un super mail de candidature

C’est simple : Tu dois être super poli, Tu surveilles ton orthographe car les recruteurs détestent les fautes ! Tu évites les mails bateau en personnalisant ta demande. Si tu fais un copié-collé, tu n’oublies pas de changer les noms des personnes et de l’entreprise !

Suivez-nous sur :
OPCO Le hub de l’alternance d’OPCO EP