912A0438
Remontées mécaniques et domaines skiables

Conducteur/conductrice d'engin de damage

Salaire d’entrée :
1 676,50 € brut mensuel

Niveau de formation requis :

Aucun

Certifications requises :

Aucune

Ce métier en quelques mots :

Le conducteur d’engin de damage intervient sur l’ensemble du domaine skiable, principalement sur les pistes de ski alpin ou nordique pour préparer et entretenir le manteau neigeux. Il a un rôle essentiel car il entretient l’état des pistes et sécurise leur accès pour permettre aux pratiquants de skier avec plus de plaisir et de confort. Il intervient également sur des opérations de secours par exemple en cas d’avalanches ou d’évacuation de ligne de remontée mécanique. Il peut participer à des interventions d’entretien des remontées mécaniques et à diverses activités sur le domaine skiable, notamment pour se déplacer sur neige et transporter du matériel.

  • Missions

    Avant l’ouverture du domaine skiable, et après une chute de neige ou un épisode de production de neige, le conducteur d’engin de damage prépare et remet en état le manteau neigeux sur les pistes pour offrir la meilleure skiabilité aux pratiquants, dès l’heure d’ouverture de la station.

    Selon sa station d’emploi, il intervient sur les pistes de ski alpin et/ou les pistes de ski nordique.

    Il prépare également les aires de départ et d’arrivée des remontées mécaniques, les lignes de montée des téléskis ainsi que les espaces pour la pratique de la luge.

    Les plus expérimentés conduisent des engins équipés de treuil ou vont participer à la construction des parcours et modules des espaces freetyle ainsi que des pistes utilisées pour les grandes compétitions de ski.

    Sa mission est essentielle pour garantir aux clients de la station ou aux sportifs un accès aux pistes sécurisé, avec une neige de qualité.

    Présent la nuit après et avant les horaires d’ouverture des pistes, le conducteur d’engin de damage observe et transmet quotidiennement des informations, en particulier sur des événements nivo-météorologiques qui seront très utiles en journée, comme par exemple, la présence de vent. Il a rôle de supervision.

    Par ailleurs, c’est souvent lui qui signale aux équipes de jour des anomalies constatées sur les pistes (panneaux de signalisation ou dispositif de protection mal positionnés par exemple, zones à éviter et/ou à baliser, plaques de glace, enneigeurs défectueux, …).

    Il peut participer également aux opérations de secours sur le domaine skiable, en cas d’avalanche ou d’évacuation d’une ligne de remontée mécanique. Il peut être appelé à déblayer la neige après une avalanche ou une forte chute.

    Il assure une mission de transport de personnes et de matériel.

    Il est en charge de l’entretien courant de son engin (contrôles, déneigement, déglaçage), de certaines réparations et de ses accessoires (turbine, treuil, lame-avant).

    Il s’assure du bon fonctionnement des dispositifs de déglaçage et de dégivrage qui doivent être utilisables à tout moment.

    L’intervention régulière des engins de damage tout au long de la saison va permettre d’anticiper la date d’ouverture de la station et de prolonger la bonne skiabilité des pistes au printemps.

    Avec l’évolution des technologies du numérique, le conducteur d’engin de damage utilise de nouveaux outils connectés à un SIG (Système d’Information Géographique) pour optimiser son travail et la gestion du manteau neigeux : radars, sonars, GPS. Aujourd’hui il devient courant de consulter les tâches à faire durant son poste de travail sur un ordinateur de bord.

    Le conducteur d’engin de damage rend compte des travaux réalisés durant son poste de travail et remplit un formulaire pour saisir des données sur le fonctionnement de sa machine et les éventuels problèmes techniques rencontrés.

  • Compétences

    De manière générale, le conducteur d’engin de damage connaît parfaitement le domaine skiable et ses dangers. Il a des connaissances approfondies en nivologie (étude de la neige). 

    Il maîtrise les compétences techniques pour piloter en « finesse » et entretenir des engins sur chenilles à la fois lourds, fragiles et très chers. Il est aussi capable d’utiliser des outils lui permettant de déneiger ou déglacer sa machine en fin de poste de travail.

    Les conducteurs d’engin de damage sont souvent formés à l’écoconduite qui permet de limiter la consommation en carburant et de préserver la mécanique en prolongeant la durée de vie des pièces, composants et organes de la machine.

    Aujourd’hui un conducteur doit savoir utiliser les technologies du numérique pour répondre aux nouvelles exigences du métier.

    Même s’il se retrouve seul dans sa machine, il doit conserver un solide esprit d’équipe pour restituer un travail de qualité et s’inquiéter de ses collègues de travail. Ouvert aux autres, il a conscience des exigences et des compétences requises pour les autres métiers du domaine skiable : pisteur-secouriste, nivoculteur, conducteur d’appareil.

    Pour multiples raisons, il doit être apte à intervenir hors de sa machine en terrain de montagne difficile avec des conditions nivo-météorologiques parfois très mauvaises.

    Il doit avoir une bonne condition physique, notamment pour travailler la nuit dans des conditions météorologiques parfois difficiles avec des équipements adaptés.

    L’exercice de ses fonctions demande de suivre des directives et de respecter rigoureusement des procédures souvent en lien avec la sécurité du travail. Il doit savoir rendre compte de son travail, observer son environnement et restituer des informations.

    La pratique du ski, si elle n’est pas obligatoire, est parfois nécessaire.

  • Cadre de travail

    Durant la période d’exploitation de la station, le conducteur d’engin de damage travaille en horaire décalé, en début de nuit ou très tôt le matin après les dernières chutes de neige ou la production de neige, et avant que le domaine skiable ne soit ouvert au public.

    Il s’agit d’un travail saisonnier et en général le conducteur d’engin de damage exerce une autre activité en dehors de la période hivernale.

    Le cadre de travail peut parfois être difficile, la nuit en montagne dans de mauvaises conditions météorologiques. 

  • Évolution professionnelle

    Le conducteur d’engin de damage peut acquérir des responsabilités spécifiques dans le domaine de la sécurité ou l’entretien du parc de machines du domaine skiable.

    Il peut évoluer vers un poste de chef d’équipe, de responsable damage ou de responsable du pôle neige d’une station.

    Il peut être alors chargé de manager du personnel, d’établir et d’adapter au quotidien le plan de damage, de gérer les opérations de maintenance et d’entretien d’un parc de machines ainsi qu’un magasin de pièces détachées, d’assurer l’approvisionnement et le stockage d’hydrocarbures, d’exploiter et d’analyser différentes données d’activité.

    Techniquement, il peut aussi acquérir des compétences plus spécifiques de damage lui permettant d’intervenir sur des sites spécifiques comme les snowparks et les pistes accueillant des compétitions.

Résultats en France :

Source: ONISEP

Découvre les autres métiers de ce secteur

Technicien/Technicienne remontées mécaniques

Remontées mécaniques et domaines skiables

Electricien/Electricienne remontées mécaniques

Remontées mécaniques et domaines skiables

Conducteur/conductrice de remontées mécaniques

Remontées mécaniques et domaines skiables

Nivoculteur/Nivocultrice

Remontées mécaniques et domaines skiables

Pisteur/pisteuse secouriste

Remontées mécaniques et domaines skiables

Suivez-nous sur :
OPCO Le hub de l’alternance d’OPCO EP